The AXA.COM team Reporter

Sauver des vies dans les campagnes du Rajasthan

Prendre soin de chacun
22 août 2016

Avril 2016 , une route de terre sans fin, au centre du Rajasthan, à environ 60 km au Sud-Ouest de New Delhi. Sur le point d’accoucher, Sita* est conduite à l’hôpital public de Khimsar.

L’échographie montre que le cordon ombilical s’est enroulé autour du cou du bébé. La jeune femme est alors transportée d’urgence en ambulance dans un hôpital plus grand, situé à 80 km. Là-bas, le personnel médical est formé et équipé pour faire face à ce type de complications.

Sita accouchera un peu plus tard d’un adorable petit garçon, en parfaite santé.

L’histoire qui avait tout d’une épreuve s’est déroulée sans incident. Pourtant, si les contractions étaient survenues quelques semaines plus tôt, ni Sita ni son enfant n’auraient probablement survécu.

Comment expliquer de tels progrès ?

Dernièrement,dans le cadre du programme de solidarité médical d’AXA, baptisé AXA SOLIMED, l’hôpital public de Khimsar a reçu une ambulance ainsi qu'un appareil d’échographie auquel son personnel a été formé.

L’Inde, oasis ou désert médical?

Moins de cinq ans après son lancement, AXA SOLIMED a déjà mis en œuvre de grands projets médicaux en Afrique pour des communautés sénégalaises, ivoiriennes et gabonaises (pour en savoir plus, voir l’encart).

Aujourd’hui, AXA SOLIMED se tourne vers l’Asie et s’intéresse à l’Inde, deuxième pays le plus peuplé au monde avec 1,25 milliard d’habitants, car, si l’économie indienne connait les plus forts taux de croissance planétaires, les progrès du pays en matière de santé présentent bien des contrastes.

AXA SOLIMED

En 2011, AXA Assistance, filiale du Groupe AXA, lance une initiative novatrice pour venir en aide à des hôpitaux du monde entier, dépourvus de moyens et d’équipements médicaux. L’initiative consiste à récupérer des équipements médicaux inutilisés ou mis au rebut, les remettre à neuf puis les envoyer dans les structures qui en ont besoin, tout en supervisant leur installation et en formant les équipes médicales à leur utilisation. L’initiative porte également sur l’approvisionnement en équipements neufs. À ce jour, des projets AXA SOLIMED ont été déployés au Sénégal, en Côte d’Ivoire, au Gabon et à présent en Inde, avec le soutien des équipes d’AXA UK.

AXA SOLIMED apporte les équipements médicaux inutilisés et la formation en Inde, mais aussi au Sénégal, en Côte d'Ivoire et au Gabon.

L’Inde arrive en tête des destinations privilégiées par des patients du monde entier en quête de soins médicaux d’excellence à faibles coûts. Paradoxalement, le pays représente 21 % des malades dans le monde. C’est aussi l’endroit qui connait le plus de décès de jeunes mères, de nouveau-nés et d’enfants. Des maladies évitables et des morts prématurées qui entraînent une baisse annuelle du PIB (Produit Intérieur Brut) de plus de 6 %.

L’accès à des services de qualité est difficile. Malgré les hausses budgétaires accordées par le gouvernement au secteur de la santé, les investissements publics restent faibles. Les actions de prévention sont inefficaces et les soins médicaux essentiels et de maternité sont inaccessibles à ceux qui en ont le plus besoin, en particulier les personnes vivant en milieu rural et dans les petites villes.

Pourquoi Khimsar ?

Le docteur Pradeep Bery est consultant et directeur médical pour AXA Assistance en Inde. Son parcours au sein du Groupe en dit long sur son engagement humanitaire : après les opérations d’aide aux victimes du tsunami au Japon en 2011, il est intervenu au Népal à la suite du séisme et de ses répliques en 2015. Engagé dès les premières heures dans l’initiative AXA SOLIMED en Inde, le docteur Bery s’est vu confier la tâche d’examiner trois localités susceptibles d’accueillir le projet.

« Khimsar était idéalement située. La ville est facile d’accès pour l’acheminement des équipements, et les populations peuvent s’y rendre sans difficulté » explique-t-il. « Nous avions à cœur de venir en aide à une communauté où les femmes et les enfants ne bénéficient d’aucune prise en charge médicale adéquate. Sur place, nous avons découvert une situation de grande pauvreté. Ce que nous tenions pour acquis n’existait pas à Khimsar. C’était là où il fait agir, sans attendre. »

1,25 Milliard d'habitants
Population indienne en 2015

L'Inde est aujourd'hui le deuxième pays le plus peuplé au monde.

21% de la charge mondiale de morbidité
L'Inde représente

Avec la plus grande proportion de mort de mères en couche, de nouveaux nés, et de mortalité infantile.

3 docteurs à l’hôpital public de Khimsar. De gauche à droite : Dr. J. K. Saini, Dr. Pradeep Bery and Dr. Ramjit Tak

24 heures dans la peau du docteur Saini

7 h 30

Le soleil se lève au-dessus du toit du centre médical en briques blanches. Modernisé depuis peu grâce au soutien du Maharaja local et ministre de l’Industrie, l’établissement s’efforce de répondre aux besoins de 130 000 à 150 000 habitants répartis sur 50 villages. La région ne compte aucun hôpital public, et l’hôpital de soins tertiaires le plus proche se situe à deux heures de route, dans la ville de Jodhpur.

8 h 25

Plus d’une dizaine de personnes, des mères, des enfants et des personnes âgées, attendent en file devant le centre médical. Le docteur Saini arrive et fait entrer le premier patient. Le centre est ouvert 24 heures sur 24, sept jours sur sept. Une garde de nuit est assurée par l’un des médecins du centre logés à proximité.

8 h 30

Les patients avancent. Les couloirs pastel offrent une sensation de douceur après une longue exposition sous un soleil écrasant. Des odeurs de traitements médicaux et de solutions désinfectantes s’échappent des chambres carrelées de blanc.

Le docteur Saini effectue ses premières consultations de la journée qui concernent 20 à 30 patients en ambulatoire et quelques malades hospitalisés. Les médecins sont tous des hommes. Mais une sage-femme, en formation, devrait bientôt les rejoindre. Chaque jour, un médecin effectue 10 à 20 visites de patients hospitalisés et 50 à 60 consultations ambulatoires, ce qui représente environ 2 000 consultations par mois, auxquelles s’ajoutent quelque 250 accouchements.

Midi

S’il n’y a pas d’urgences, le docteur Saini déjeune. Au menu, un repas préparé par sa femme.

12 h 45

Il reprend ses consultations ambulatoires et enchaîne avec des visites aux patients hospitalisés qu’il n’a pas encore vus, « des femmes sur le point d’accoucher », précise le docteur Bery, « et des patients souffrant de maladies courantes : gastroentérite, tuberculose, pneumonie, fièvre, dengue. »

18 h

Tandis que sa journée de consultations s’achève, le docteur Saini entame une garde de nuit au cours de laquelle il devra prendre en charge toutes sortes d’urgences médicales notamment des complications obstétricales et des accidents de la route dont la fréquence est alarmante dans la région.

Bienvenue dans l’univers d’AXA SOLIMED

Pour répondre à la diversité de ses besoins, l’hôpital public de Khimsar nécessite un large éventail d’équipements. AXA SOLIMED y répond parfaitement, avec le soutien des collaborateurs du Groupe AXA dans le monde entier et particulièrement les équipes d’AXA UK et AXA Assistance.

Des collectes de fonds sont organisées lors d’événements collaboratifs comme la Fête des Lumières ou la CR WEEK (la semaine de la Responsabilité d’Entreprise d’AXA), à l’occasion d’épreuves sportives comme la course pour rejoindre Paris depuis la Grande-Bretagne à vélo, et à travers diverses épreuves comme les Sun Salutations, l’Ice Bucket Challenge et le triathlon dans lesquelles les équipes dirigeantes d’AXA Travel Insurance et d’AXA Assistance UK se sont investies. En tout, 62 000 euros ont été collectés et affectés directement au financement d’équipements médicaux et d’actions de soutien en faveur de l’hôpital public de Khimsar.

AXA Assistance en Inde a fourni des ressources essentielles, en temps comme en argent, avec le soutien de sa directrice générale, Rachna Sethi, chargée de coordonner l’initiative au nom de l’équipe tout entière massivement favorable à une contribution directe au projet.

« Les collaborateurs d’AXA Assistance en Inde se sont engagés avec ferveur dans le projet AXA SOLIMED. Les émotions ont été à la hauteur des actions », résume-t-elle. « Pour servir cette noble cause, nous avons tous offert une journée de salaire. Cela a permis de fournir différents équipements à l’hôpital. Nous sommes tellement fiers de faire partie de cette grande aventure solidaire. »

Serena Mujtaba, d'AXA UK, assistant le docteur Tak dans les locaux de l'hopital de Khimsar
L'équipe AXA SOLIMED. De gauche à droite : Dr. Olivier Eap, Frances Marlow, Bob Ewers, Florence Carrère, Dr. Pradeep Bery. Sur la table d'examen : Simon Daunter.

De la fierté aux larmes

L’hôpital public a été inauguré peu après la livraison des premiers équipements. Dépassant toutes les attentes, la cérémonie a rassemblé près de 2 000 personnes. Parmi elles, le ministre de l’Industrie, un député de la région, des responsables de différents services médicaux venus de tout l’État, des médecins de toute l’Inde et plusieurs membres du Panchayat, le conseil du village.

« Les gens étaient émus aux larmes », se souvient le docteur Bery. « L’ancien du village est monté sur scène, et s’est mis à pleurer. Dans un discours chargé d’émotions, il a expliqué que c’était la première fois qu’ils recevaient autant. Toutes les personnes que nous avons rencontrées étaient vraiment reconnaissantes. »

Les représentants locaux lors de l'inauguration de l'hôpital
La cérémonie officielle d'inauguration

Après l’émotion

Le projet AXA SOLIMED va se prolonger encore deux années à Khimsar. Deux années au cours desquelles les dons vont se poursuivre afin d’améliorer l’accès à des soins médicaux pour les habitants. Dans le même temps, un chantier plus vaste s’apprête à voir le jour : le gouvernement local du Rajasthan vient d’accorder près de 640 000 euros pour la construction d’un deuxième bâtiment. Objectif : agrandir l’hôpital public et continuer d’améliorer le secteur de la santé dans la région.

Avec l’appui d’AXA SOLIMED, AXA UK, AXA Assistance UK, AXA Travel Insurance et AXA Assistance en Inde, l’hôpital public de Khimsar a reçu :

  • 1 500 appareils de radiographie,
  • 1 électrocardiogramme à 12 canaux,
  • 1 ambulance Maruti Suzuki Eeco entièrement équipée,
  • 1 table d’accouchement,
  • 1 analyseur automatique d’hématologie,
  • 1 couveuse néonatale,
  • 4 moniteurs de fréquence cardiaque pour adultes, bébés et nouveau-nés,
  • 10 lits d’hôpitaux avec matelas,
  • 2 civières,
  • 2 climatiseurs,
  • 1 usine de filtration d’eau
.
* Certains noms ont été changés afin de préserver l’anonymat des personnes. L’histoire, elle, repose sur des faits réels.