Thibaut Loilier AXA Lab San Francisco

A la recherche de l’innovation au CES 2017

Depuis maintenant 3 ans, je me rends au Consumer Electronics Show (plus connu sous le nom de CES) de Las Vegas, en tant que Business Development Manager à l’AXA Lab de San Francisco. Suivez-moi pour découvrir le monde fascinant de la technologie de demain ! TOUTES LES ACTUALITÉS  |  Innovation
12 janv. 2017

Tous les ans, on me pose irrémédiablement la même question : mais quel est donc le lien entre l’assurance et le CES ? La réponse est très simple : le CES n’est pas (ou plus) seulement le lieu où l’on montre les nouvelles télévisions et téléphones portables, l’évènement est devenu partie intégrante d’un écosystème d’innovation global. Des voitures autonomes à la santé connectée en passant par la maison intelligente, la technologie change notre façon de vivre, de travailler et d’échanger. L’industrie de l’assurance est elle aussi portée par ces changements, qui permettent à ses acteurs de développer des produits et services personnalisés, pour une expérience toujours plus engageante.

Être au CES, c’est entrer tout entier dans le monde de l’innovation et découvrir l’esprit collectif de l’invention et de la collaboration : les innovateurs d’aujourd’hui travaillent de longues heures pour transformer nos vies pour le meilleur. Voici quelques unes des tendances les plus marquantes du CES 2017, qui joueront demain, si ce n’est déjà le cas aujourd’hui, un rôle majeur dans l’industrie de l’assurance.

Les systèmes de contrôle de la voix transforment l’Internet des Objets pour le rendre encore plus humain et interopérable

Les assistants virtuels étaient partout cette année au CES, tant comme objets connectés que comme logiciels intelligents, mais l’un d’eux a fait bien plus de bruit que les autres : c’est l’Amazon Echo, l’enceinte intelligente d’Amazon. Avec sa technologie Alexa, le leader américain du e-commerce est en train de devenir l’un des acteurs les plus en vue sur les systèmes opérationnels de l’Internet des Objets. Alexa est maintenant utilisé par plusieurs équipements et objets tiers : systèmes de sécurisation de domicile, robots, réfrigérateurs ou voitures… Par exemple, Ford et Volkswagen se sont associés à Amazon pour permettre aux conducteurs d’activer des fonctions comme l’allumage des phares ou l’ouverture des portes du garage, et commander toutes les fonctions des appareils reposant sur la technologie Alexa. Pour Amazon, l’opportunité est énorme : si le vendeur en ligne arrive à faire adopter son système aux entreprises dont il vend les produits, alors le consommateur est forcé d’acheter Amazon. C’est aussi une façon pour Amazon de collecter de la donnée sur les utilisateurs d’Alexa.

Aujourd’hui, les clients des banques ou des entreprises de transport s’attendent à ce que ces entreprises mettent des applications mobiles à disposition. Ils devraient rapidement vouloir échanger avec leur assistant virtuel pour savoir si leur train a été supprimé ou pour consulter leurs comptes bancaires. Dans le secteur de l’assurance, Aviva et Liberty Mutual sont déjà en train d’intégrer Amazon Alexa dans leurs écosystèmes.

La voiture autonome change la vie, et sauve des vies

Cette année, le « C » de CES pourrait bien signifier « Car ». Les voitures sont progressivement devenues incontournables au CES, à mesure que les véhicules deviennent de plus en plus connectés. Plusieurs entreprises ont présenté des technologies permettant de connecter les voitures entre elles. Bosch a présenté son système de parking participatif : les voitures connectées peuvent maintenant identifier des places de parking disponibles dans un centre-ville, téléchargeant les données dans une carte des rues partagée en ligne. Bosch estime que d’ici 2025, les systèmes de parking connectés pourraient réduire les embouteillages lié à la recherche d’une place de 380 millions de kilomètres, l’équivalent à un trajet aller-retour jusqu’à Venus. Le constructeur allemand teste actuellement son système en Allemagne et prévoit d’étendre le pilote aux Etats-Unis dans l’année. La voiture devient également un portefeuille digital : Honda s’est associé à Visa pour développer un système de paiement à bord du véhicule, qui permettrait aux conducteurs de payer leur carburant ou le parking avec leur smartphone.

à lire aussi
L’Internet des Objets « made in China »
découvrir

Le monde des voitures est en pleine transformation. Carlos Ghosn, PDG de Renault-Nissan, a déclaré que la voiture de demain serait autonome, électrique et connectée : « En 2030, Nissan estime que 15% des voitures seront autonomes […] 25% seront 100% électriques […] 25% des distances parcourues le seront à travers des applications de covoiturage […] et presque toutes les nouvelles voitures vendues seront connectées ». La combinaison de toutes ces technologies pourront créer une nouvelle génération de véhicules alimentés par des systèmes d’intelligence artificielle capables d’anticiper et de prédire les comportements des utilisateurs et d’adapter l’expérience de conduite en fonction.

Carlos Ghosn présente la voiture du futur : pas d'emissions, pas d'accidents
Gary Shapiro présente l'interconnexion des objets : de la voiture sans chauffeur à l'impression 3D

Le futur de la santé sera-t-il entièrement digital ?

Avec un marché évalué à 233 milliards de dollars en 2020, ce n’est pas une surprise de voir la santé connectée particulièrement bien représentée au CES. « Très bientôt, la technologie va remplacer 80% de ce que font les médecins aujourd’hui », déclarent des experts de Philips, Qualcomm et Intel lors d’un panel sur l’impact du digital sur la santé. Une boite à médicaments connectée qui vous rappelle de prendre vos médicaments (Memobox ou P-Heal), des voitures qui donnent au conducteur les informations essentielles de sécurité (niveau de fatigue, battements du cœur…) sur leur santé, dans et en dehors de la voiture (Mercedes Benz et Phillips), des objets connectés pour la grossesse (Bloomlife), des ceintures connectées pour gérer l’équilibre en calories (Welt), un tracker automatique de dosage d’insuline (Insulink by Dnurse), nombreuses sont les découvertes excitantes cherchant à donner au consommateur la possibilité de gérer leur santé et leur bien-être eux-mêmes, comme jamais auparavant.

La santé connectée a le potentiel de transformer la société, dans la même mesure qu’a pu le faire l’ordinateur personnel il y a quelques années. La technologie a déjà un fort impact sur la santé et la façon dont les assureurs appréhendent leur métier de protection : la santé connectée peut améliorer le traitement, ou même aider à prévenir certaines maladies.

Les robots envahissent notre maison… pour mieux nous aider

Comme prévu, de nombreux robots ont été présentés au CES 2017. Dans un rapport récent, la Fédération Internationale de la Robotique (IFR) prévoit une forte hausse de la vente de robots pour usage personnel et domestique, pour atteindre 35 millions d’unités vendues en 2018. Des dizaines de nouveaux robots ont été lancés sur le marché après avoir été présentés au CES. Une start-up soutenue par Bosch, Mayfield Robotics, a présenté Kuri, un robot domestique de 50 cm de haut équipé d’enceintes, d’un micro, d’une caméra et de multiples capteurs. Kuri peut comprendre le contexte et l’environnement, reconnaitre des personnes spécifiques ou de répondre à tous types de questions. LG a aussi annoncé un robot utilisant Amazon Alexa pour répondre aux questions et réaliser des actions comme mettre en marche la climatisation, le chauffage, lancer la musique ou contrôler l’éclairage.

Les robots devraient devenir un élément banal d’un foyer du futur : ceux-ci deviendront de véritables assistants personnels capables de réserver un taxi, acheter des billets d’avion, ouvrir un compte bancaire ou même gérer des investissements. Demain, nos clients utiliseront des robots personnels comme compagnons, pour la sécurité du domicile, l’aide-ménagère, l’assistance ou les problématiques de dépendance.

Les robots envahissent le CES 2017
Kuri, le robot domestique de Mayfield Robotics

Cette année au CES j’ai pu avoir un aperçu du futur : un monde où les objets se parlent entre eux et expriment leurs sentiments, un monde sans accidents de voiture et où il n’existe pas de maladies incurables. Ce futur n’est peut-être pas pour demain, mais il est déjà à portée de main.

A propos de l’ AXA Lab

AXA possède deux Labs sur deux continents : l’un est basé à Shanghai, l’autre à San Francisco. Structures entièrement dédiées à l’innovation, les Labs sont les bases avancées d’AXA en Chine et dans la Sillicon Valley. Leur objectif ? Identifier les startups prometteuses avec lesquelles s’associer et de passer au crible le marché à la recherche de tendances émergentes et de nouveaux entrepreneurs de talent. En savoir plus

Cet article a été écrit avec Julien Neveu et Mohamadou Yacoubou, AXA France

Mots-clés: Innovation